Historique

Cantabile, entre progression musicale et amitié

En 1970, Georges-Henri Pantillon, pianiste, organiste et professeur de musique à l’Ecole normale cantonale crée à Neuchâtel la Chorale du corps enseignant. Devenue Cantabile, enseignants neuchâtelois en 1988, puis Cantabile, chœur symphonique neuchâtelois en 1996, la société a pu interpréter de très nombreuses œuvres avec orchestres et solistes professionnels, dans son canton et même à plusieurs reprises, à l’étranger. Les tournées de 1981 en France et en Ecosse, en Tchécoslovaquie en 1988 et en République tchèque en 1995 ont permis aux choristes de renforcer leur cohésion, d’entretenir un excellent état d’esprit et de partager au-delà des frontières leur amour pour la musique.

A la retraite de son fondateur en 1996, Cantabile devient une société indépendante inscrite au Registre du commerce et se dote d’une structure comprenant un comité bénévole de sept à neuf membres pour un effectif oscillant entre 110 et 140 choristes. Le choeur engage Jean-Claude Fasel, un talentueux chef de chœurs et d’orchestre fribourgeois. Ce dernier fait progresser musicalement ses choristes d’année en année tout en respectant les valeurs d’amitié créées par son prédécesseur. Cantabile, chœur symphonique neuchâtelois, lance dès 1999 également un partenariat fructueux avec l’Orchestre de chambre de Neuchâtel et les liens tissés avec ses musiciens professionnels sont renouvelés en 2008 avec la création de l’Ensemble Symphonique Neuchâtel. Cet orchestre met d’ailleurs un point d’honneur à travailler avec les chœurs de sa région, et avec Cantabile en particulier.

Pour remplacer Jean-Claude Fasel, Cantabile, chœur symphonique neuchâtelois, fait appel en 2009 à Adriana Boczkowska, puis en 2010, à Renaud Bouvier. Assisté de Marine Le Mouël jusqu’en 2014, puis par Christelle Evard, le directeur actuel de Cantabile poursuit un important travail de progression musicale tout en respectant l’amitié et l’ambiance enthousiastes qui règnent parmi ses choristes.

[vtimeline id=”289″]